Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 12:46

Je ne sais pour vous, mais pour moi les séries historiques ont une valeur ajoutée forte : 

 

les costumes !

 

Souvent, je reste bloquée sur les costumes, en perdant de l'intrigue... L'avantage, c'est que pour coller à la véracité historique, les femmes portent parfois plusieurs fois le même costume, car à l'époque forcément elle "usait" leurs vêtements.

 

Pour parler de cette série, si vous ne la suivez pas, il s'agit de la vie dans un manoir anglais d'une famille d'aristocrates et de celles de leurs domestiques.

Deux mondes cohabitent, évoluent, se heurtent ou collident parfois. La photo est sublime, les personnages sont fins, et les costumes simplement superbes !

 

 

Les actrices jouant les domestiques sont légèrement frustrées car celles-ci n'ont que deux robes, une pour la journée, une de service (noir), un tablier et des vêtements de nuit.

 

Alors que les femmes de la famille ont des robes somptueuses.

 

 

 

Ma préférée parmi toutes,  celle de droite

http://www.shotinthedarkmysteries.com/wp-content/uploads/downton-girls-flapper.jpg

 

 

Ce type de manteau revient assez régulièrement, j'aime beaucoup

http://3.bp.blogspot.com/__7s9GUTM-oY/TSUHWhu1Q5I/AAAAAAAAV1w/gPZ0ulUrH2E/s1600/HughandElizabeth50.jpg

 

 

Le robe d'Edith ici me plaît beaucoup dans sa coupe et son esprit, j'aime beaucoup moins les tissus utilisés par contre.

http://anglotopia.wpengine.netdna-cdn.com/wp-content/uploads/2011/06/downton-abbey-series-2-set-pictures.jpg

 


Repost 0
Published by Un monde d'Oz - dans Ciné
commenter cet article
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 08:45

Un joli film, qui ne restera pas dans les annales, mais qu'importe !


Les deux acteurs principaux sont parfaits, très justes, très fins, et même si le sujet d'attatque est le sur-endettement, pour moi le sujet de fond est la maladie. Comment vivre ce qui nous reste à vivre lorsque l'on se sait condamné ?


C'est beau, bien fait, et ça pose de vraies questions à un moment de l'histoire où les valeurs de l'argent, du travail, de la famille, sont si galvaudées.


Si vous voulez voir un film doux et intelligent, que vous voulez revoir Marie Gillain au cinéma, ou Vincent Lindon, ou juste passer un bon moment loin des films tape à l'oeil, Toutes nos envies est pour vous.

Repost 0
Published by Un monde d'Oz - dans Ciné
commenter cet article
13 novembre 2011 7 13 /11 /novembre /2011 09:20

De Mathieu Kassovitz.


Avec Mathieu Kassovitz.

 

 

Ouvrant sur Mathieu Kassovitz, dans le rôle de Legorjus.


Et terminant sur Mathieu Kassovitz.

 

L'histoire : suite à la prise d'otage de gendarmes à Ouvéa par des indépendantistes kanaks en Nouvelle-Calédonie, une équipe du GIGN dont fait partie le négociateur Legorjus arrive sur l'île et va essayer tant bien que mal de faire son boulot sous le commandement de l'Armée de Terre, "occupant" l'île (c'est la première fois de l'histoire que l'Armée Française occupe le territoire français).

 

Bon l'approche histoirique est intéressante et on apprend plein de choses.

Mais franchement voir la tête de MK tout le temps, tout le temps... c'est insupportable. Si le film n'avait pour sujet un fait historique aussi sérieux on pourrait croire que ce n'est qu'un prétexte pour mettre l'HOMME KASSOVITZ en valeur.

Puis le fait que Môssieur soit extrêmement désagréable en avant-première, envoyant balader toutes les personnes lui posant des questions, y compris la directrice du cinéma qui le reçoit n'arrange rien.

 

Ca, c'est sans compter le biais absolu qu'il a pris en ne se fiant qu'au témoignage de Legorjus, et prenant fait et cause pour la cause indépendantiste. J'ai découvert des éléments importants ailleurs, notamment un référendum l'année précédente, en 1987, où une grande majorité a voté pour conserver son appartenance à la République Française.


Alors pour un homme qui prône l'honnêteté intellectuelle, c'est faiblard.

 

Je vous laisse lire un article où il faut en prendre et en laisser mais qui a le mérite de donner la réplique à ce film. Pour voir l'article cliquer ici.

 

 

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/79/42/69/19821550.jpg  Sortie le 16 novembre en salles.   

Repost 0
Published by Un monde d'Oz - dans Ciné
commenter cet article
6 novembre 2011 7 06 /11 /novembre /2011 04:55

Un vrai bon moment de cinéma ! Une comédie comme on les aime, avec d'excellents jeux de mots et vannes bien placées, sans vulgarité, ni cynisme. 


Omar crève l'écran, François Cluzet est fidèle à lui-même, excellent acteur et nous voilà embarqués dans cette comédie dont le thème ne prête pourtant pas à rire.

De sourires en fous rires, la vraie problématique des handicapés "lourds" est pourtant posée : comment rester digne, et être traité comme un autre être humain, sans pitié, simplement avec humanité.


Nous avons été surpris d'apprendre que cette histoire était vraie, et si vous restez voir le générique de fin, vous apercevrez les véritables protagonistes de cette histoire.


Sur tous les tableaux c'est une réussite, courez au cinéma, en ces temps gris, rire aux éclats est la meilleure des thérapies !

 

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/82/69/17/19806656.jpg

Repost 0
Published by Un monde d'Oz - dans Ciné
commenter cet article
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 01:00

Je n'arrivais pas à me le sortir de la tête alors je suis retournée le voir.... 4 jours après.

 

Constat : 


- j'avais oublié le générique d'entrée... magnifique. Il me donne la chair de poule quand j'y pense car ça touche presque à l'intime, à nos vies d'enfants, à la manière dont on se représente l'enface.

- Joey Starr est toujours aussi impressionnant.

- j'avais oublié à quel point la présence de Delon Junior (mari de Chris) était inutile tant il joue mal et sonne faux (redondant, mais fait pour !)

- la fin est moins spectaculaire quand on observe la personne concernée tout le long du film, elle est effectivement éteinte, voire morbide.

 

Voilà, la boucle est bouclée, c'était la première fois que je retournais voir un film pour la deuxième fois au cinéma, déjà que ça m'arrive peu de les voir deux fois.... c'est peu dire !

Et ça a apaisé le tourbillon d'émotions qui m'a saisie après le premier visionnage et ces 4 jours durant....

 

Néanmoins, je pense que je le reverrai encore, plus tard en DvD, tant il restera un film faisant date !

Repost 0
Published by Un monde d'Oz - dans Ciné
commenter cet article
2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 14:44

La source des femmes, sorti aujourd'hui est un film qui met de bonne humeur. La langue, le climat, le rire des femmes, leurs chants, leur complicité.


Radu Mihaileanu, qui s'était illustré avec Va, vis et devient, puis plus connu en France, Le Concert, nous surprend encore une fois dans un autre registre.


Lorsqu'une femme, étrangère au village, déjà stigmatisée pour avoir volé "le" beau gosse du village en faisant un mariage d'amour incite les femmes à s'insurger contre leurs corvées difficiles, qui rythment toutes leurs journées sans guère de répit, c'est la révolution dans le village.


L'arabe chante, les jolis ou gros mots aussi, les gens sont beaux, la simplicité de leur vie aussi.

De bons acteurs, de beaux sentiments, tout ça dans de superbes paysages du Maghreb. C'est forcément un film qui touchera moins que Va, vis et deviens du même réalisateur, ou Polisse, qui me revient tous les jours en tête. 

Mais c'est parfait pour passer un joli moment.

 


http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/83/59/39/19737747.jpg 

Repost 0
Published by Un monde d'Oz - dans Ciné
commenter cet article
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 12:33

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/78/18/75/19801902.jpg

Après avoir vu le talent d'adaptation de Marjane Satrapi pour son Persépolis que je ne peux que vous conseiller, nous avons été un peu décus par Poulet au prune qui ne réussit pas à décoller.

 

Le film traîne, les dialogues sont à priori fidèles à la BD mais sont inadaptés au cinéma.

 

On peut trouver un coté poêtique à cette histoire mais dans ce cas mieux vaut se tourner vers la BD.

 

Les acteurs en revanche sont bons, la BO aussi mais cela ne suffit malheuresement pas.

 

On attendra le prochain...

 

Seb

Repost 0
Published by Un monde d'Oz - dans Ciné
commenter cet article
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 21:03

Que dire !  http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/83/94/23/19787876.jpg

Déjà, le synopsis : 

Le quotidien des policiers de la BPM (Brigade de Protection des Mineurs) ce sont les gardes à vue de pédophiles, les arrestations de pickpockets mineurs mais aussi la pause déjeuner où l’on se raconte ses problèmes de couple ; ce sont les auditions de parents maltraitants, les dépositions des enfants, les dérives de la sexualité chez les adolescents, mais aussi la solidarité entre collègues et les fous rires incontrôlables dans les moments les plus impensables ; c’est savoir que le pire existe, et tenter de faire avec… Comment ces policiers parviennent-ils à trouver l’équilibre entre leurs vies privées et la réalité à laquelle ils sont confrontés, tous les jours ? Fred, l’écorché du groupe, aura du mal à supporter le regard de Melissa, mandatée par le ministère de l’intérieur pour réaliser un livre de photos sur cette brigade.

 

Rentrée depuis deux heures du cinéma et toujours époustouflée, la tête dans le film... Toujours pas faim, l'estomac au bord des lèvres, et le coeur touché par autant d'humanité.


Peu de films m'ont bouleversé autant, et souvent ils traitent de la Shoah. Là nous sommes dans une autre dimension. Celle de la vie de tous les jours, de la vie de mon ancien Paris, de la vie quotidienne de monsieur et madame tout le monde.

J'ai pleuré très fort, et ri très fort, plusieurs fois, les deux. Alors que mes oeils se mouillent à peine le plus souvent. Et quel bien fou ça fait lorsque les mots ne peuvent suffire !

 

 

Plusieurs scènes me restent en tête... mais oserai-je les dévoiler ici ? Il n'y a pas un moment où on se dit "non, c'est cliché" ou "cette scène ne sonne pas juste" "non un enfant ne peut dire ça"...

On est pris dans un tourbillon de moments forts, et de moments plus souples où l'humour est là pour désamorcer le dramatique. De bons moments qui servent aussi à renforcer les liens du groupe et qui épongent le sentiment de vide qui les étreignent lorsqu'ils se sentent si impuissants face à ces situations qui les dépassent.


Maïwenn la réalisatrice, qui apparaît à l'écran en tant que photographe de la Brigade des Mineurs, puis s'intègre au groupe n'a storyboardé que les scènes  où apparaissent les enfants, sous contrainte de la DDASS, et a laissé les acteurs interprèter leur rôle de manière libre, selon leur propre ressenti, en "saisissant l'instant" plutôt qu'en les dirigeant de manière formelle. Et ceci donne un résultat formidable en matière de véracité d'interprétation, de justesse dans les personnages !

Certes Joey Starr sort du lot tant il est inattendu ici, mais tous sont à louer, tous autant qu'ils soient, et ils sont nombreux. Merci à eux.

 

L'autre point fort de Maïwenn est de se situer dans le créneau étroit entre documentaire pur et fiction. Tous ces cas relèvent de cas ayant existés, qui ont été soit relatés à Maïwenn, soit observés par elle-même lors de ses observations à la Brigade. Cependant le flot coule et le film nous emporte et nous émeut, à la manière d'Incendies qui avait lui aussi parfaitement réussi l'exercice, les rendant d'autant plus percutants et utiles.

 

La "banalité du mal" inventée et théorisée par Hannah Arendt est observable ici aussi, et devrait encourager d'autant plus à la prévention auprès des enfants certes, mais aussi des parents, des adolescents. 

 

J'ai été soulagée, heureuse de savoir que des policiers disent à ces enfants "ce n'est pas toi qui l'envoie en prison", c'est ce qu'il a fait lui qui est mal. Heureuse de savoir qu'ils entendent les silences entre les mots et ne laissent pas les adultes minimiser leurs actes sur les plus petits. Heureuse qu'ils demandent aux bourreaux s'ils regrettent leurs actes et s'ils peuvent, pour l'avenir de l'enfant en jeu, s'excuser du mal qu'ils ont fait et demander pardon.

Ce soir, je suis heureuse d'être comme ces gens, d'avoir un métier utile, de servir des êtres en devenir.

Ce soir, j'ai eu envie de serrer très fort mes enfants contre moi.

 

 

.... si vous m'avez lue jusqu'ici, merci ! Et filez vite le voir !

 

 

Repost 0
Published by Un monde d'Oz - dans Ciné
commenter cet article
21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 11:07

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/85/21/96/19812336.jpg

 

Que dire de ce film ?

 

Très beau visuellement grâce à un sens du cadrage, une proximité entre les acteurs et la caméra et des jeux sur la mise au point qui participer à l'ambiance générale du film.

Emouvant, triste parfois mais aussi et surtout plein d'espoir et c'est un appel à continuer à se battre. Show must go on!

Simple dans le scénario mais qui ne tombe pas dans la facilité des lieux communs.

Riche de plein de petites choses du quotidien qui donne du relief à ce film.

 

Que dire d'elle et de la discution d'après film ?

 

Qu'elle est charmante, simple d'accès, détendue, drole, convaincue par son film.

Elle nous a livré plein de petites anécdotes sur le titre, comment s'est déroulé le casting du petit garcon de 4 ans et demi, sur son rôle de réalisatrice/actrice.

 

En conclusion, je ne peux que vous encourager vivement à aller voir ce film qui sortira en salle le 23 Novembre

 

Seb

Repost 0
Published by Un monde d'Oz - dans Ciné
commenter cet article
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 18:42

Ce best-seller de Kathryn Stockett dont on m'a parlé plusieurs fois dans le courant de l'année a vite été adapté au cinéma après sa sortie aux US. D'où le fait qu'il ait été si vite dans nos salles, si peu de temps après avoir été dans nos bacs.

 

Bon c'est difficile d'écrire un bout sur ce film (découvert en avant-première) sans verser dans le gnangnan.


En gros c'est un joli conte où les vilains finissent par perdre, et les gentils finissent par être reconnus pour leur gentillesse et leur courage. Un conte comme chez Disney quoi, normal c'est la boîte qui le produit !


http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/84/82/74/19799007.jpg

 

Malgré ses deux heures vingt six, le temps passe allégrement. C'est une peinture pastel de la pré-lutte pour les droits civils aux US. Même si c'est plus "divertissant" que vraiment instrutif, nous avons passé un bon moment, dans un petit cocon d'optimisme.


Et quand vient la grisaille..... ça fait du bien.

 

 

Repost 0
Published by Un monde d'Oz - dans Ciné
commenter cet article

Présentation

  • : Un monde d'Oz
  • Un monde d'Oz
  • : Un blog de petits riens, d'aperçus sur le monde qui nous entoure, par deux personnes Seb et Théa sur différents supports. Photos, textiles, nature, musique, films, pour le plaisir de partager ! Comme c'est pour partager, nous aimerions en retour avec vos avis, critiques, encouragements, merci à vous !
  • Contact

Bientôt un nouveau défi !

Sureau Sew-Along

Recherche

Vous pouvez me retrouver ici

http://p9.storage.canalblog.com/92/27/887231/67434946.jpg

 

Projet photo 365

http://sebastienouvryphotographies.files.wordpress.com/2012/09/dsc_5253_lightroom.jpg?w=620

Catégories